unfuturdsaa intramuros // espace_mémoire & projet

//éléonore bonte

TERRA INCOGNITA > La place de l’imaginaire en cartographie
Avec les avancées technologiques et scientifiques, on peut se demander si nous ne sommes pas enfin arrivés à une écriture du territoire viable et efficace. Par conséquent, quelle part de nature et d’artifice revient alors à l’écriture des espaces ? N’a-t-on pas aussi besoin, paradoxalement, d’un autre type d’écriture de l’espace ?

2 Réponses de //éléonore bonte

  1. serge denneulin soumet :

    Éléonore,

    Voici quelques pistes pour alimenter ton travail d’écriture :

    Le travail de Louise Drulhe, projet de diplôme de l’EnsAD, sur L’atlas critique d’Internet ou la spécialisation d’un objet complexe.
    Un article sur Strabic.fr sur La subjectivité cartographiée.

    Un florilège de mémoires des promotions antérieures :
    Laura Knoops (2012)
    Angel Ip (2013)
    Marina Salanon (2017)

    Et quelques podcasts sur France Culture sur les Formes du paysage archivés sur unfuturdsaa :
    Les formes du paysage (1/9)
    Les formes du paysage (2/9)
    Les formes du paysage (3/9)
    Les formes du paysage (4/9)
    Les formes du paysage (5/9)
    Les formes du paysage (6/9)
    Les formes du paysage (7/9)
    Les formes du paysage (8/9)
    Les formes du paysage (9/9)

  2. serge denneulin soumet :

    Éléonore,

    Sur le site du Cairn : Qu’est-ce qu’un « territoire » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *